Brodie Vissers from Burst

La grossesse est une expérience intense sur tous les plans, et les femmes enceintes ont un grand besoin de relaxation. Personnellement, le Reiki m’a aidée à vivre ces 9 mois le plus sereinement possible. Cette énergie subtile m’a guidée vers ma fille avec douceur et confiance.

Pour moi, être enceinte n’a pas été une simple affaire… Après un long travail d’acceptation de ma stérilité, j’ai eu la chance de bénéficier d’un don d’ovocyte. La première FIV a été un lourd échec après un mois de grossesse. La seconde a abouti, mais il a fallu avancer pas à pas. Il fallait se réjouir de chaque journée supplémentaire, pratiquer ardemment la pensée positive. « Aujourd’hui, mon bébé va parfaitement bien ». Malgré l’incertitude, malgré les résultats d’analyses mitigés. Avancer, se concentrer, sans se figer dans nos projections.

Alors dès le premier jour, j’ai pratiqué le Reiki sur ma fille pour nous apporter de la lumière et de l’espoir. Dès les premières semaines, je pouvais déjà sentir une « réponse énergétique » dans mon ventre. J’avais l’impression de l’entendre dire « Fais-moi confiance, on est ensemble ». Et cette présence m’a portée pendant neuf mois.

Le Reiki : un contact tout doux avec bébé

Souvent, mon esprit était en mode extase totale, parfois en panique générale. Mon corps cherchait ses repères au milieu de ce tsunami hormonal. Dans ces moments, le Reiki m’apaisait et atténuait les petits symptômes désagréables (notamment les contractions en fin de parcours), et les ennuis beaucoup plus graves. A deux mois de grossesse, je suis restée une semaine alitée suite à un décollement du placenta. J’ai pratiqué presque jour et nuit. A l’échographie suivante, le gynécologue ne voyait plus aucune trace de l’hématome.

« Souvent, mon bébé se lovait doucement dans mes paumes »

Puis les mois ont passé. A chaque petit coup de pied, j’envoyais à mon bébé de l’énergie. Comme un dialogue intime, silencieux, profond. Souvent, elle se lovait doucement dans mes paumes. Ou alors, elle amplifiait joyeusement ses pirouettes. Grâce à l’haptonomie, j’affinais ma présence dans ce contact Reiki. J’ai ressenti très tôt le caractère de mon bébé, son énergie. Lorsqu’on l’a rencontrée, son calme nous a subjugués, de même que ses premiers sourires béats à deux jours. Mon mari m’a même demandé l’air inquiet : « Pourquoi elle est si stone ? T’es sûre que tu ne lui as pas fait trop de reiki ? ». Aujourd’hui, elle a quatre mois et elle est toujours aussi paisible. Il m’arrive de l’endormir avec le reiki. Sa respiration délicate se pose sur un rythme tranquille et ses petits poings se relâchent doucement.

Quels sont les avantages du Reiki au cours d’une grossesse ?

Durant la grossesse, on peut se sentir facilement désemparée, affaiblie et stressée. Le reiki atténue efficacement les symptômes de grossesse, tels que les brûlures d’estomac, les nausées, les maux de dos, les insomnies, les sciatiques ou encore l’irritabilité (j’en sais quelque chose…). L’énergie reiki détend la future maman et la rend plus attentive aux changements qui la traversent. Petit à petit, le Reiki fait baisser les peurs autour de la grossesse (changement du corps, angoisse de l’accouchement, de la responsabilité…). Lors d’une séance de Reiki, on crée une atmosphère sereine autour du bébé, et on renforce la relation spirituelle très forte entre mère et enfant. Après l’accouchement, le Reiki adoucit le post-partum, en améliorant notamment la qualité du sommeil.

Il n’y a aucune contre-indication à recevoir du Reiki après le premier trimestre. L’idéal serait même de recevoir régulièrement des séances, à raison d’une fois par mois jusqu’à l’accouchement.  Car rappelez-vous : tout ce qui est bon pour maman l’est aussi pour bébé !

N’hésitez pas à prendre RDV